ENOV, cabinet d'études marketing et innovation

Photo de l'article sur la double authentification des paiements
Paiements en ligne : la double authentification vue par les consommateurs

3DS 2.0 ou la double authentification des paiements en ligne : des consommateurs encore mal informés

Le 14 septembre dernier, une réglementation européenne pour les paiements en ligne (DSP2) est entrée en vigueur. Celle-ci instaure des nouvelles normes de sécurité. L’objectif : protéger davantage les consommateurs lors de leurs achats sur Internet. Arrêt du SMS, mot de passe, biométrie… La double authentification des paiements sera désormais de mise pour les achats en ligne : le 3D Secure 2.0. Dalenys, fintech spécialisée dans l’optimisation des encaissements en e-commerce, mobile, magasin et le département Banque-Assurance d’Enov, se sont intéressés au niveau de maturité de l’ensemble des acteurs de la chaîne :

  • Études qualitatives : auprès des émetteurs (banque) et des e-commerçants. Un éclairage sur les enjeux majeurs de la nouvelle réglementation (résultats e-commerçants disponibles ici)
  • Étude quantitative : auprès de 1 005 cyber-acheteurs français. Une analyse de la perception et l’état d’esprit des consommateurs face à l’arrivée de ces évolutions.

Nous vous présentons ici les grands enseignements du volet consommateurs.

Shopping en ligne : les Français confiants mais vigilants !

Globalement, les personnes interrogées se déclarent confiantes à 92% lors de leurs achats en ligne. Même si 67% d’entre elles* se montrent vigilantes. À noter, la proportion qui se déclare totalement en confiance (25%) lors de leur e-shopping baisse lorsque l’âge des personnes sondées augmente. La proportion passe ainsi de 32% pour les 18-34 ans à seulement 16% pour les 55 ans et plus.

Pour près de la moitié des cyber-acheteurs (48%), tous âges et sexes confondus, les achats de e-commerce sont de plus en plus sécurisés. Un résultat qui reste à nuancer puisque 45% des répondants déclarent que « cela dépend des sites Internet » et pour 31% « cela dépend également du pays ». En effet, 54% des acheteurs en ligne se sentent plus exposés aux risques lors d’achats sur des sites étrangers.

Cyber fraude : à qui la faute ?

Près d’1 acheteur en ligne sur 5 a déjà été victime d’une fraude en ligne (18%).
Et, alors qu’ils sont les plus confiants dans la sécurisation de leurs transactions en ligne, ce sont davantage les jeunes qui se voient touchés par ce phénomène (22%).

70% des victimes de fraudes estiment que les banques ont une gestion parfaite de ces incidents. Toutefois, pour 21%, la gestion est bonne, mais les démarches restent lourdes et 9% estiment que la fraude n’a pas été bien gérée par la banque. 1 acheteur sur 2 (51%) estime qu’en cas de fraude, la responsabilité incombe uniquement au site Internet (51%). Tandis qu’un 1/3 pense que la responsabilité est partagée entre le site et la banque. Enfin, ils sont 16% à désigner la banque comme unique responsable.

La double authentification des paiements, un gage de sécurité ?

78 % des consommateurs perçoivent la double authentification des paiements lors d’achats en ligne comme un gage de sécurité et de sûreté. Alors que pour 18 % c’est un véritable frein qui peut les dissuader d’acheter.

Seulement 45 % des sondés affirment avoir entendu parler de la fin du SMS comme solution d’authentification. (À noter que cette méthode est celle qui obtient le plus d’adhésion aujourd’hui, à savoir 86% des usages**). Une notoriété qui est encore plus faible chez les 55 ans et plus : seuls 35% d’entre eux en ont entendu parler.

Adapter l’authentification forte au montant dépensé ?

Les internautes sont assez mitigés quand il s’agit de sécurisation des achats en ligne. Ainsi pour plus de la moitié (57%), celle-ci devrait être proportionnelle au montant dépensé. En effet, selon eux, plus le montant de la transaction est important et plus la transaction doit être sécurisée (dont 8% uniquement à la condition que les achats soient réguliers sur ce site).

Pour éviter la double authentification des paiements à chaque achat, les cyber-acheteurs auront la possibilité, parmi les solutions envisagées, d’indiquer leurs sites préférés à leur banque. Ces derniers seront ainsi exemptés d’authentification forte. Si 31 % des sondés sont favorables à cette option, ils sont 43 % à se montrer réfractaires. 26 % des interrogés seraient quant à eux d’accord sur le principe, à condition que ces informations ne soient pas utilisées à des fins commerciales.

La double authentification des paiements en ligne : des consommateurs suffisamment informés ?

41 % des personnes interrogées ont déjà entendu parler de la double authentification des paiements qui sera désormais nécessaire pour acheter des produits sur Internet. Parmi leurs sources d’informations, ils citent notamment : les médias (16 %), leur banque (15 %) et les sites de e-commerce (9 %).

16 % des acheteurs en ligne affirment connaître certains des critères sur lesquels pourraient reposer cette double authentification des paiements :

  • Empreinte digitale (9 %)
  • Combinaison d’un mot de passe et d’une reconnaissance biométrique (8 %)
  • Reconnaissance faciale (7 %)

L’empreinte digitale : la solution la plus plébiscitée pour sa simplicité !

5 solutions d’authentification forte ont été testées auprès des répondants : reconnaissance faciale / rythme cardiaque / empreinte digitale / empreinte rétinienne / mot de passe + reconnaissance biométrique. Lorsque l’on interroge les acheteurs sur la solution qu’il juge la plus simple, l’empreinte digitale arrive en tête (46 %). Puis la combinaison mot de passe + reconnaissance biométrique (31%). Et enfin la reconnaissance faciale (15 %).

Enfin dans le cadre de la DSP2, un certain nombre de données sont désormais obligatoires pour l’authentification forte des transactions et l’amélioration de la lutte contre la fraude. Près de la moitié des sondés (48 %) ne sont pas à l’aise à l’idée que des données les concernant et concernant leurs achats puissent être transmises à la banque via un site e-commerce. 33 % n’y voit pas d’inconvénient si cela garanti leur sécurité.


Photo du rapport de l'étude 3DS2 - Volet BtoC

Découvrez également les données du volet e-commerçants

Étude en ligne, réalisée par Enov pour Dalenys du 3 au 18 août 2019 auprès de 1005 acheteurs en ligne âgés de 18 ans et plus.
*76% des répondants achètent au moins une fois par mois, dont 33 % au moins une fois par semaine
** Source : rapport de l’OSMP 2018

EN SAVOIR +

Contact chez Enov Research

Lucille FRANCK

Directrice d’études qualitatives

Nos références

Logo SFR
Logo Groupe BPCE
Logo CNP Assurances
Logo Leroy Merlin
Logo Groupe ADP
Logo Orange
Logo Galeries Lafayette
Logo L'Oréal Paris
Logo PSA Groupe
Logo Engie
Logo Carrefour
Logo SNCF